Fragile Fanou

mercredi 18 juillet 2018

Le jardin et ses nombreux habitants

elle est bonne

les couleurs de l'été

quel plaisir

150718 (19)

cherchez l'intrus

9 et 10 juillet (21)

9 et 10 juillet (30)

DSC_0011

DSC_0174

Posté par fragile Fanou à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Femmes qui courent avec les loups

Femmes-qui-courent-avec-les-loups

 

Merci Marie pour cette découverte, je comprends en lisant les premières pages pourquoi tu m'as dit de lire ce livre

 

"Les loups sains et les femmes saines ont certaines caractéristiques psychiques communes: des sens aiguisés, un esprit ludique et une aptitude extrême au dévouement. Relationnels par nature, ils manifestant force, endurance et curiosité. Ils sont profondément intuitifs, très attachés à leur compagne ou compagnon, leurs petits, leur bande. Ils savent s'adapter à des conditions perpétuellement changeantes. Leur courage et leur vaillance sont remarquables...."

 

Ce n'est que le tout début de ce livre mais je sens que je vais en apprendre beaucoup sur ce qu'il reste en moi de cette femme sauvage, cette femme de la nature, cette femme avec les loups et les papillons, les arbres et l'eau.

https://nospensees.fr/7-phrases-livre-femmes-courent-loups/

 

 

Posté par fragile Fanou à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 juillet 2018

Loup y es-tu?

Je n'ai rien du petit chaperon rouge, ni de l'agneau, peut être que je ressemblerai plus à la chèvre de M. Seguin, celle qui va aller quoi qu'il arrive à la rencontre avec le loup.

La petite chèvre par amour de sa liberté, moi parce que j'aime la perdre auprès du loup.

Je déteste le mal qu'il peut faire et pourtant je l'aime, je souris en écrivant ça et en espérant qu'il ne lira pas ces mots.

Un renardillon (croisement d'un renard et d'un papillon) amoureuse d'un loup... ça fait beaucoup d'incohérences, beaucoup de besoin de s'apprivoiser, de besoin de s'adapter, besoin de...

Besoin de toi, le loup.

 

6cef508304e5f27c475c3791e009c0e5

image trouvée ici

https://www.pinterest.es/pin/45950858682037048/?lp=true

 

Posté par fragile Fanou à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 8 juillet 2018

L'amour en dessin

Je n'ai choisi que les mains parce que j'aime ce qu'elles suggèrent mais les autres dessins sont tous aussi beaux

IMG_1430_zp21itg4

 

99713AA1-B839-4BCA-A7EB-0ABE56B34A8D_737yexu8

IMG_1025_2lycjud6

36725163_1878094345586128_3195110421572878336_n

36814459_1878094318919464_7658706929706860544_n

https://www.fridacastelli.com

Posté par fragile Fanou à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Juliette

Le 19 juin 2018, je suis devenue Mamylou, d'une petite Juliette, Aurore est devenue une maman à son tour, c'est étrange d'être devenue une grand maman, de dire ta maman en parlant de ma fille.
Je me sens pleine d'amour pour ce petit être, pleine d'envie de câlins, de complicité, d'histoires à raconter.

Je pense à toi ma mamie qui a tant compté pour moi, j'espère que je conterai et compterai pour toi Juliette.

Je t'aime déjà.

 

née

 

Posté par fragile Fanou à 16:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Dan may

https://www.facebook.com/danmay.art/

 

Parce que cet ami imaginaire me fait toujours autant rêver et imaginer

nous

eux

ai

moon

Posté par fragile Fanou à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tes mains

tes mains

 

Photo by Karen Blix

Posté par fragile Fanou à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 juillet 2018

Renardillon

La renardillon s'est enfuie pour fuir les hommes et le loup, elle cultive son jardin entourée d'oiseaux chanteurs et d'insectes bruyants.

Etre le mélange d'une renarde et d'un papillon ça aide à vivre dans la nature

 

capteur de lumière

rouge

renversant

DSC_0016

mésange

Posté par fragile Fanou à 23:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mes ailes Clémentine Célarié

"Parfois je me dis que je suis née avec des ailes. 

Mes parents ont dû penser à quelque chose d'extraordinaire pour m'avoir. Ou l'un d'eux, je ne sais pas, je n'y étais pas, enfin pas tout à fait.

En tous cas il m'arrive de les sentir, ces ailes.

De plus en plus souvent.

Elles viennent comme ça, pousser dans mon dos, sans que je m'en rende compte Je n'ai pas besoin de les appeler.

Elles viennent pour me protéger de mes émotions trop fortes ou déplacés, joyeuses ou très tristes, qui pourraient me faire tomber dans un ravin ou dans un puits sans fond...

Elles viennent, comme des fées volantes, elles s'accrochent à mon dos et me portent.

Elles me font aussi voler la nuit dans mes rêves, et quand je suis triste et au bord de la falaise, même si je saute, elles m'empêchent de m'écraser..."

En lisant ça je me sens moins seule, merci Clémentine, je crois que l'on se ressemble un petit peu.

18504552904_a10ed7cc93_o

 

Posté par fragile Fanou à 22:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Machine au chomage

" - Ne m'idéalisez pas, s'il vous plait je ...

  - Ne vous inquitez pas, je ne fabrique plus d'espoir depuis un bon moment

 - ???

 - Je vous explique, j'ai en moi une petite fabrique d'espoirs qui marchait à plein régime tout le temps, ce qui rendait la vie plus douce, plus légère. Mais elle en fabriquait de plus en plus gros, de plus en plus irréalisables ou perdus d'avance, ce qui fait que mon tiroir d'espoirs déçus  fut vite plein et mon tiroir de fil à recoudre le coeur fut totalement vide. Donc chomage technique..."

 

4228247820_19b15d628a_o

 

Posté par fragile Fanou à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 février 2018

Fusionnel

Posté par fragile Fanou à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 11 février 2018

Pas besoin de mot

illustrations-sentiments-avogado6-006

illustrations-sentiments-avogado6-008

illustrations-sentiments-avogado6-009

illustrations-sentiments-avogado6-010

illustrations-sentiments-avogado6-012

Cet artiste dessine les sentiments que nous avons tous déjà vécu au moins une fois, mais étions incapables de les décrire

Nous savons très peu de choses sur l'artiste japonais connu sous le pseudonyme avogado6. Nous savons seulement qu'il adore la chimie et que sa photo de profil est un portrait du célèbre physicien et chimiste italien Amedeo Avogadro. L'artiste crée des illustrations vivantes qui présentent des sentiments humains auxquelles tout

https://www.ipnoze.com


https://www.ipnoze.com/artiste-dessine-sentiments-avogado6/

Posté par fragile Fanou à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

la neige

Une semaine bien difficile, neige, verglas, impossible de circuler et avec une crève d'enfer, un spectacle annulé faute de collégiens, un autre avec 47 collégiens au lieu des 215 prévus, enfin pas trop la joie. 

Parfois les situations sont tout de même cocasses, par exemple hier pour aller faire le spectacle de Lady Raymonde, je vais pour ouvrir ma voiture mais portière gelée, impossible de pénétrer dans la voiture, qu'à cela ne tienne, je demande que l'on vienne me chercher et je me dirige vers la rue mais toutes les serrures des trois portails sont gelées aussi.

Enfin j'ai bataillé, mis de l'antigel, de l'huile et je suis finalement sortie et le spectace à bien eu lieu avec un public nombreux et conquis.

Aujourd'hui, il ne reste de la neige que dans le jardin, la rue est praticable, les serrures fonctionnent mais aucune envie de sortir, sauf pour prendre quelques photos de mes copains ailés. Enfin surtout de mon ami Tuit.

tu es trop mignon

tuit à la neige

une petite graine

tourt

Posté par fragile Fanou à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 6 février 2018

Magnifique

et terrible à la fois, dans quelques mois, je serai mamie, j'en suis heureuse, surtout pour Aurore qui va découvrir ce qu'est être maman, mais parce que je prends aussi un nouveau rôle dans sa vie et dans celle de cette petite créature qui va arriver.

Une autre place sur la table, pas encore au bout...

 

Posté par fragile Fanou à 16:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Souvenirs

Pour aménager la maison avec les nouveaux meubles, il m'a fallu, vider les tiroirs, ranger les placards, faire du tri pour savoir ce que je gardais. Ce fut assez facile, et rapide finalement sauf lorsque je suis tombée sur nos conversations, celles du début, celles de notre rencontre, celles de ...

Mon coeur bat à nouveau à ce rythme cahotique en les lisant, je souris, je me sens si bien, même si ...

Je me suis arrêtée au bout de quelques pages, parce qu'elles me faisaient du bien, et que je ne voulais pas ressentir de douleur en pensant à vous, à nous.

Comme nos conversations étaient douces, comme la découverte l'un de l'autre était agréable, comme je vous aimais, comme je vous aime mon ami si cher, tellement cher.

Mon ami perdu, mon ami retourné à sa vie, à la vie. 

Les nouveaux meubles sont en place, il reste encore quelques trucs à ranger, puis faire un grand ménage et rêver...

050218

050218aménagement

050218meubles

Posté par fragile Fanou à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 3 février 2018

Pourquoi vous?

 

C’est un destin digne d’un héros de tragédie grecque, accablé par un fatum qui le dépasse. Une mécanique cruelle et inéluctable, qui renvoie chacun à sa propre prison ontologique. C’est l'histoire de Nigel, le fou de Bassan, mort comme il aura vécu : seul. Un conte moderne fait d’amour, de mélancolie, et de faux congénères de béton.

Depuis le 1er février, c’est un hommage ému que rendent les médias néozélandais à celui qui passera à la postérité comme « Nigel sans ami ». Car Nigel, petit volatile à tête jaune pâle, était arrivé voilà cinq ans sur les falaises désertes de l’île Mana.

Ce confetti de terre, à quelques kilomètres de la côte ouest de la Nouvelle-Zélande, avait été déserté par les fous de Bassan depuis quarante ans, chassés de leur éden aviaire par des espèces invasives. Pour restaurer ce havre, des ornithologues n’ont pas ménagé leurs efforts. Espérant le retour de la colonie, ils installèrent quatre-vingts fous de Bassan de béton sur l’île. Des statues grossièrement finies, au plumage blanc et au bec noir, diffusant grâce à des panneaux solaires des enregistrements mélodieux de chants d’oiseaux. Pour mieux leurrer d’éventuels congénères, de fausses déjections avaient également été étendues autour des statuettes inanimées.

L’arrivée miraculeuse de Nigel fut pour les conservateurs une bouffée d’optimisme. Ils en étaient désormais sûrs : si un fou de Bassan avait cru à leur piperie, l’avenir était assuré. Les fous, espèce particulièrement grégaire, reviendraient bientôt en nombre animer de leur cri guttural le paysage onduleux de Mana.

Nigel (de dos).

« Fascination morbide »

Mais las ! Nigel restait, au fil des semaines, seule âme vivante à peupler le lieu. Durant cinq ans, il a vécu sa vie de fou de Bassan sur la falaise, rythmée par les petites joies d’une vie d’oiseau : un vivaneau goûtu, une touffe d’herbe moelleuse, une brise marine revigorante…

Toujours, il revenait auprès de sa colonie agglomérée, à laquelle il était « très attaché »,a commenté auprès du Guardian le responsable de la conservation de Mana, Chris Bell. « Avec le recul, je pense que ça a dû être une expérience pleine de frustration pour lui », poursuit le ranger qui racontait au journal Néozélandais Stuff cette « fascination morbide » de Nigel pour l’inanimé.

Car si « aucun homme n’est une île », comme l’écrivait le poète anglais John Donne en 1624, l’aphorisme semble aussi irréfragable en ornithologie. Au fil du temps, Nigel a bien cherché à tisser des liens avec ses pairs de béton.

D’abord, ce fut un rapprochement auditif. Des piaillements qui se firent plus pressants à l’endroit d’un leurre en particulier. Puis, au bout de quelques mois, on le vit revenirsur la côte, le bec chargé d’algues et de brindilles. A côté de l’élue de son cœur, Nigel commença à construire un nid pour sa vaine idylle.

Fidèle à ses fantoches bétonnés

A la fin de 2017, pourtant, un bouleversement de taille se produisit sur Mana. Un choc qui aurait pu changerl’existence de Nigel, et l’inéluctable précipice tragique vers lequel il voletait. Contre toute attente, trois fous de Bassan — des vrais, en plumes et en os — avaient finalement choisi de rejoindre l’abri de Nigel.

Mais tout volatile qu’il était, Nigel n’était pas volage. Il resta fidèle à ses fantoches bétonnés, et particulièrement à son voisin de nid, avec qui il avait décidé de partager ses jours. C’est dans cet écrin conjugal que Nigel a été retrouvé mort, mercredi 31 janvier.

Dans tout conte, il y a une morale. Particulièrement inspiré par le destin de Nigel,le site Américain Vice en a trouvé six. Parmi elles, le rappel que « l’amour est patient, l’amour est aveugle ». Vous a-t-on déjà reproché de vous être épris de quelqu’un qui ne méritait pas votre dévotion ? Ne les laissez pas vous distraire, et soyez sûrs de vos choix comme Nigel, dussiez-vous en mourir seul. Après tout, la littérature en est une illustration permanente : les plus belles histoires d’amour ne sont souvent pas les plus heureuses.

Vice recommande tout de même de vous interroger régulièrement sur les raisons profondes de votre amour. « Rappelons là tout de même que Nigel présentait de forts troubles de l’attachement s’il se satisfaisait d’être en couple avec quelqu’un qui n’a rien fait pour lui pendant quatre longues années », note le site américain.

L’épilogue de cette histoire revient au ranger Chris Bell, qui a résumé la peine de son équipe : « On a le sentiment que l’histoire aurait pu se terminer différemment, qu’on pouvait être au début de quelque chose d’encore mieux pour Nigel. » Pour vous assurer donc de ne pas passer à côté d’un destin plus heureux, mettez en application le précepte de Vice : « Ne mourez pas. »



Posté par fragile Fanou à 00:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 13 janvier 2018

Prends ma main

Il y a des jours où l'on se sent tout petit, il y a des jours où l'on se sent seul, il y a des jours où l'on a besoin des autres, alors quand ils ne sont pas là...

donne moi la main

Mon ami imaginaire créé par Dan May

 

Dan May Art

Dan May Art. 287,466 likes · 2,645 talking about this. Instagram: @danmayart

https://www.facebook.com

 

Posté par fragile Fanou à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nikon film festival

 

Nikon Film Festival - JE SUIS LE SAUVAGE

Envoyez vos films sur le thème "Je suis un cadeau". Vous avez 140 secondes pour choisir ! #nikonfilmfestival

https://www.festivalnikon.fr

Je regarde chaque jour un film de ce festival j'en soutiens certains. Aujourd'hui c'est celui ci.

Hier c'était celui là

 

Nikon Film Festival - JE SUIS L'HOMME DE TA VIE

Envoyez vos films sur le thème "Je suis un cadeau". Vous avez 140 secondes pour choisir ! #nikonfilmfestival

https://www.festivalnikon.fr

il y en a plein d'autres, allez voir et choisissez ceux que vous voulez soutenir.

Posté par fragile Fanou à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

9 janvier

Le signe qui rend la vie un peu plus douce, qui te retient au moment où tu voudrais plonger. Minuscule mais pour une fabricante d'espoir comme moi, il suffit à dire, tout ceci n'est pas vain, tout ceci a existé, un peu.

C'est l'histoire d'une femme qui n'ose plus dire "je t'aime".

Ce sont des mots qui lui font peur.

Alors elle ne les dit plus qu'à ses enfants qui les prennent très au sérieux comme seuls savent faire les enfants même si ses filles sont en âge d'être maman.

C'est une femme qui a peur de dire "je t'aime" parce que les fois importantes où elle a prononcé ses mots, on lui a fait ravaler avec douleur, ou on l'a laissée s'étouffer avec.

Alors elle ne les dit plus qu'à ses meilleurs amis, à sa meilleure amie.

C'est une femme qui ne sait plus dire "je t'aime" parce que ceux qui lui ont dit, n'ont pas mesuré les mots, les ont détournés, salis.

Alors elle ne le dit plus à personne sauf à ses souvenirs même s'ils lui tirent eux aussi des douleurs dans le coeur, le corps et lui arrachent des larmes.

C'est l'histoire d'une femme qui pourtant aime profondément ces trois petits mots et qui connait leur valeur et leur poids.

 

26733821_10215203448420692_4407217446700139660_n

j'emprunte à Antoine Josse, son dernier tableau pour illustrer ce petit texte.

Antoine Josse

Antoine Josse is on Facebook. Join Facebook to connect with Antoine Josse and others you may know. Facebook gives people the power to share and makes the world more open and connected.

https://www.facebook.com

 

Posté par fragile Fanou à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'aime la nature

Relayée par le site

Les Arbres

Les Arbres. 14,878 likes · 41,147 talking about this. Cause

https://www.facebook.com

Voici une belle leçon de vie:

Le magnifique Séquoia de l’ancienne école maternelle de Lormes qui a été coupé il y a pas mal d’années juste par principe de précaution se moque maintenant des décideurs en laissant pousser en son âme un petit bouleau!

Photo et commentaire de: Lormes étang du Goulot

lorme

Posté par fragile Fanou à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]