Un soir, un jeune voyageur nommé Wei Gu rencontre un vieillard devant l'auberge où il compte rester pour la nuit.

Le vieillard lit un livre et quand Wei Gu lui demande ce qu'il contient,

le vieux lui répond que ce livre recense toutes les unions matrimoniales du monde.

Il ajoute que dans son sac de toile, il a des fils de soie rouge qui vouent deux personnes à s'épouser, 

quelle que soit la distance sociale ou géographique qui les sépare actuellement,

même si leurs deux familles se détestent.

Naturellement, Wei Gu veut savoir qui sera sa femme.

Le vieillard lui dit qu'il s'agira de la petite fille de la marchande de légumes.

 legende japonaise du fil rouge du destin

Source photo : nautiljon

 

           Le jeune voyageur monte se coucher. Mais le lendemain, il décide d'aller voir à quoi la jeune fille ressemble.

  Vexé de la trouver si laide, il la bouscule violemment lorsqu'elle passe à côté de lui et s'enfuit, honteux et énervé.

           Bien des années après, Wei Gu épouse une superbe jeune femme dont il ne découvre le visage que lors de la nuit de noces,   

                                comme le veut la tradition. Comme elle a une blessure entre les deux sourcils, il lui demande pourquoi.

Elle lui répond qu'un voyou l'a fait tomber sur le front quand elle était petite, et qu'elle en avait toujours la cicatrice.

Wei Gu comprend que le voyou, c'est lui, et que le vieillard avait raison.

 La légende fut très vite connue de tous et Wei Gu et sa femme, en comprenant que leur union était écrite, ne se disputèrent jamais.

           Ce fil rouge invisible relie ceux qui sont destinés à se rencontrer et ce,

indépendamment du temps, de l'endroit ou des circonstances peut s'étirer ou s'emmêler, mais il ne cassera jamais…