chat

Il fait beau le jardin s'éveille sous le soleil mais j'ai besoin de tendresse, de douceur, de pouvoir souffler un peu, d'arrêter de vivre sous pression, et j'y travaille, j'essaie de me détacher, de ne pas me sentir viser, de ne pas croire que tout est de ma faute, de ne pas regarder les jours et les années qui passent, d'étendre mes racines vers de nouvelles sources mais malgré tout je m'étourdis pour ne plus rester devant cet écran où je manque de vous, je sors à la recherche d'autres sourires qui déclancheront le mien, je vais aux spectacles, aux expos, j'installe ma maison, des objets changent de place, des envies me viennent.

Pourtant j'ai la larme facile pour du bon ou du mal, je reste de marbre mais un petit mot peut tout mettre à mal, on me dit fatiguée, je le suis mais je ne peux pas arrêter parce que dès que je suis immobile, la solitude me prend à la gorge et me plie. Je suis heureuse de vivre dans une maison où même si on est chacun chez soi on est plusieurs, j'aime avoir des voisins qui viennent chercher une chaise, qui peuvent partager le jardin ou me fournir le net quand je manque de vous.

Je sais que je suis bien ici mais j'ai tellement envie de la partager cette maison, ce week end Aurore et Fred étaient là et même si on s'est peu vus j'aimais les savoir dans la maison, chacun allant à sa guise mais les courts moments où l'on se retrouvait étaient apaisants.

Enfin la vie continue, ce soir une expo,demain un barbecue avec les collègues, jeudi un diner avec Marie Hélène et ce week end les courses pour bricoler dans le jardin et jardiner un peu aussi, il me faut un gypsophile pour tenir compagnie aux rosiers qui sont déjà là et à ceux que je planterais, quelques pensées, des myosotis et puis de la menthe et du thym, quelques marguerites et des romarins et puis un barbecue pour accueillir les copains.

sourire

Najette Abdellilah, lycée Léon Blum, Le Creusot, 71