oeil pour oeil, bouche à bouche
Comme on baise, on se couche
L'avenir est un nègre
Et c'est pas au vinaigre
Qu'on prend les bateaux mouches

Vivre est un train aveugle
Et ses voyageurs beuglent
Dans les wagons de queue
Hé, mes frères les boeufs
Il serait temps qu'on meugle !

(Refrain)
Ainsi parla saint Max
En embouchant son sax
A deux ou trois terrasses
A trois ou quatre bières
D'où saint Michel terrasse
Un grand diable de pierre

C'est facile d'aller loin
C'est partir qu'est pas rien
Y a du vin sur la planche
Pour traverser la Manche
Dans un verre de rouquin

Il est déjà trop tard
Pour s'appeler Mozart
Il est encore trop tôt
Pour s'appeler Artaud
Le génie, c'est bizarre

(au Refrain)

Les ponts vont au troupeau
Et sous le Mirabeau
Coulent des hydrocarbures
Tout le monde en voiture
Paris est un crapaud

Elle est bronzée ma belle
Si Jean-Marie Martel
Arrête pas les Martiens
Avant demain matin
Elle sera arc-en-ciel

(au Refrain)

Moi ça va, c'est la Terre
Qu'a mal à sa molaire
Qu'a perdu son cure-dent
Au fond d'la boîte à gants
Des causes humanitaires

Quand on dort, on est vieux
Pour moi ça gaz'ra mieux
Quand j's'rai dev'nu du gaz
Quand j's'rai dev'nu du jazz
Dans le sax du bon Dieu

Ainsi s'endormit Max
A cheval sur son sax
A deux ou trois terrasses
A trois ou quatre bières
D'où saint Michel terrasse
Un grand diable de pierre

 

Bien sur un peu des deux mais surtout du Leprest

 

Et pour citer un autre qui nous manque tellement

"Mes amis ne pleurez pas, le combat continue sans moi. Tant que quelqu'un écoutera ma voix je serai vivant dans votre monde à la con." Mano Solo