Ce matin en me levant après une nuit un peu courte, j'ai eu envie d'aller vers mon piano, un besoin, j'ai joué cette mélodie parce que j'aime sa presque répétition qui demande une vigilance extrême, parce que les changements de notes sont imperceptibles. Ma tourmente ne s'est pas calmée mais je me suis apaisée pour pouvoir continuer dans cette fin d'année (oui enfin de saison) difficile. Etonnement forte dans ma fragilité, presque déterminée, j'ai peur d'avoir à nouveau endossé ma carapace, j'ai besoin d'une protection contre les autres mais avant tout contre (oh non pas contre) moi même. Après j'ai joué 4 mesures les seules accessibles à ma médiocre pratique du morceau qui suit, parce que j'aime en entendre les notes sous mes doigts malhabiles

et je me repasse en boucle ce clip que j'adore parce que l'on en a parlé hier.