preuve

C’est l’histoire d’un type, Jimmy. Jusque-là, tout va bien.

Il s’est fait mettre à la porte par sa copine. Là, ça se corse.

Elle lui demande de ‘’prendre conscience‘’ de ce qu’il est.

Là, rien ne va plus ! Pour le dépanner, on lui a proposé de venir

habiter dans le théâtre. Accompagné d’une pianiste, il livre au

public son histoire, entre l’humour, la poésie, et l’absurde, dans un

univers peuplé de personnages tous plus loufoques et attachants les uns que les autres.

« Seul ? Ca pour être seul, j’suis seul ! La solitude. Pour moi, y’a pas

pire comme mot. Oui, bon, à part « génocide », c’est vrai, je vous

l’accorde. Vous avez aussi métastase, gangrène, lèpre, rollmops…

En plus il n’y a rien à faire ici ! Tenez, je parle là. Y’a quelqu’un ?

Personne. Ou même là, de l’autre côté, ça marche aussi vous allé

voir: Tu m’aimes mon amour ?...Suspens…Et voilà, pas de réponse.

Ah non, le concept du one-man-show, franchement, c’est exactement

ce qu’il me fallait : « Spectacle d’un homme seul ! »

« Qu’est-ce que j’attends d’une femme ? Qu’elle me rappelle !

Si j’ai déjà été à Moureux ? Non. Je n’sais même pas où c’est.

Ah ! Amoureux ! Pardon. Non, jamais. Et qu’est-ce que ça fait ?

Tu trembles, t’as des papillons dans le ventre, t’as le cœur serré,

tu maîtrises plus rien. Aïe ! J’n’aimerais pas le chopper ça ! »

Quand j'ai lu ce dossier de presse je me suis dit ça il ne faut pas que je le rate et puis en tournant les pages qui je vois Lilian Lloyd (Etats d'Ame Les mâles heureux...), j'ai travaillé avec lui il y a quelques années, j'adore ce qu'il écrit et sa manière d'appréhender les choses. Rendez vous est pris, dimanche 25 j'y vais.

Qui m'aime me suive