Noël, chez moi pas de sapin qui tombe, quelques boules et guirlandes qui décorent la maison, je suis en train de préparer un feu dans la cheminée.
J'avais peur de cette journée seule ici et finalement non.
Je sais d'où vient mon problème et je l'ai découvert ce matin en me levant.
J'ai peur du temps qui passe
Alors je veux tout, tout de suite, et n'importe comment, parce que j'ai peur du temps qui courre.
Et pourtant, rien ne se construit en un jour, alors j'ai décidé de m'accorder du temps, tant pis pour celui qui est perdu, et celui que je perdrai encore.
Je veux le temps de bâtir cette amitié qui me tient tant à cœur, ne plus bruler les étapes.
Découvrir doucement les nouveaux autour de moi, attendre cet autre qui ne peut être là tout de suite, aller doucement vers mon amie sauvage, écrire longuement à celle qui ne peut être avec moi.
M'apprivoiser et refaire connaissance avec moi, prendre le temps pour faire les choses plus en profondeur, et les apprécier à leur juste valeur.
Je vais visionner pour la nième fois deux de mes films préférés inavouables, des films de filles, des comédies américaines dont je ne rougis même pas.
Un livre de Katherine Pancol près de moi, dont l'héroïne me ressemble tant que je pense qu'elle a du être ma jumelle dans une autre vie.
Joyeux Noël à tous.