Tu voulais du médiocre et moi, j'en avais pas
Tu voulais l'Univers et moi, j'avais que moi
Tu voulais le silence quand j'étais que musique
Qu'on marche parallèle quand j'allais qu'à l'oblique
Tu voulais des rivières au milieu du désert
Tu voulais les voyages, moi, j'étais sédentaire
Que je fasse des chansons qui m'emmènent au sourire
J'y peux rien, moi, je n'ai que des larmes à leur dire
Et des plaines de pluies pour unique empire...........

La chanson de Saez continue mais je vous mets juste un petit extrait, j'écoute toujours en boucle ce triple album, triste et envoutant, musicalement très réussi, et la poésie de Saez toujours là. Bien sûr pour les non-fans la voix à l'articulation bizarre les agacera, le spleen déplaira à certains, mais moi je suis fan